Le Fafih a publié un rapport d’enquête sur les taux de rupture des contrats de formation en alternance dans le secteur de l’hôtellerie, de la restauration, des loisirs et des activités du tourisme. L’enquête intitulée « La mesure et l’analyse des taux de rupture dans les dispositifs de formation en alternance »  vise à préciser la définition de ces ruptures et à en analyser les motifs. Elle dégage des pistes d’actions pour les limiter et disposer d’indicateurs sur le pouvoir d’insertion de ces dispositifs.

 

Un taux de rupture élevé

La rupture est parfois suivie d’une reprise de contrat d’apprentissage, soit dans la continuité de la même formation, soit après réorientation vers une autre formation. La rupture peut être suivie d’un abandon après obtention d’un diplôme, et d’une reprise du dispositif après avoir occupé temporairement un emploi. Les auteurs constatent que dans ces parcours en alternance ouverts et accessibles à tous types de profils, 45 % des apprentis inscrits sur un cursus préparant aux métiers du secteur rompent leur contrat avant la date de fin prévue. Le taux de rupture est plus élevé parmi les candidats plus fragiles, les plus jeunes, les moins diplômés et ceux qui ne sont pas dans une démarche de construction de parcours. Pour les contrats de professionnalisation, le taux de rupture brut est de 33 % et le taux d’abandon de 21 %. Parmi les 33 %, près de 4 sur 10 ont retrouvé un nouveau contrat six mois après leur rupture et pour près de 3 sur 10, la reprise de contrat a lieu avant la fin de la formation.Au total, contrats d’apprentissage et de professionnalisation confondus, 42,5 % des alternants ont rompu un contrat et un quart ont abandonné le dispositif (26 %).Le bilan est controversé pour l’insertion professionnelle des apprentis, qui est moins immédiate, que 40 % occupent un emploi six mois après la sortie de l’apprentissage et 23 % sont en formation.

 

Un taux d’abandon plus faible après une première rupture

Après une rupture, un certain nombre d’alternants reprend un contrat d’alternance dans les 6 mois. Le taux d’abandon (c'est-à-dire de rupture sans reprise d'un contrat en alternance dans les 6 mois) est nettement plus faible que le taux de rupture. Le taux d’abandon est de 25 % pour les contrats d'apprentissage et contrats de professionnalisation confondus. Parmi les abandons, 15 % sont liés à une embauche, en grande majorité dans le secteur.

 

Les facteurs explicitant l’évolution des taux de rupture

 

L’étude permet d’identifier plusieurs facteurs : 

Un taux de rupture élevé chez les jeunes peu diplômés

La construction du parcours est un élément déterminant du taux de rupture chez les jeunes peu diplômés. Moins le parcours est réfléchi et motivé, plus le risque de rupture augmente. Ce phénomène témoigne souvent « d’un processus de tâtonnement lié à la découverte du marché du travail par des jeunes sortant du système scolaire sans expérience professionnelle ».Par ailleurs, plus l’alternant est jeune et peu diplômé et plus le taux de rupture est élevé. Or, dans le secteur, 63 % des apprentis ont un niveau infra-bac soit près de 10 points de plus que la moyenne (54%) nationale, tous secteurs confondus.La durée des formations et la taille des structures accueillantes sont également déterminantes dans l’évolution du taux de rupture. Les formations les plus longues exposeraient davantage au risque de rupture ainsi que la petite taille des entreprises. 

 

Insertion facilitée par la préparation d’un CQP 

Enfin, l’enquête met aussi en lumière les résultats positifs du CQP en termes d’insertion professionnelle. Au niveau de l’insertion, pour les contrats de professionnalisation, près de 63 % des jeunes qui sont allés ou non au terme de leur formation, étaient en emploi à six mois . L’insertion est même encore plus positive à six mois pour les alternants ayant préparé un CQP (certificat de qualification professionnelle) du secteur (65 %  occupent un emploi six mois après leur formation).

 

Pour aller plus loin : FAFIH – Fond national d'Assurance Formation de l'Industrie Hôtelière. Mesure et analyse des taux de rupture dans les dispositifs de formation en alternance au sein du secteur, Paris. Juillet 2017. 26p.

☑ Agenda du CARIF-OREF

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
16
17
18
19
22
23
24
25
26
29
30

En image

Journée découverte avec les stagiaires FPA
21 février 2017
CRIJ TA VIE - La VAE
22 février 2017
Journée orientation - CléA et VAE
28 juin 2017

Dernières publications

Fiches communes de l'OREF
Avril 2016
Les fiches métiers de l'OREF
Avril 2016
Secteur Optique et Lunetterie
Avril 2016
Secteur Froid et Climatisation
Avril 2016
Secteur du Tourisme
Mars 2016
Joomla templates by Joomlashine